Mémoire

Mémoire

Je n’en veux plus. Elle me ronge depuis trop longtemps, alors s’il vous plaît, débarrassez-moi de cette mémoire docteur. Triturez mes neurones, charcutez comme bon vous semble, car je souhaite, quand je sortirai, ne plus avoir en tête toute cette vie peuplée d’instantanés.

Ce mélange nauséeux, cette bourbe qui inonde mes pensées, ce capharnaüm ambiant qui se déroule sans discontinue depuis mon enfance, est une véritable torture. À quoi sert donc cette mémoire si ce n’est à user l’homme, le replonger sans cesse dans sa fange. Mes neurones sont fatigués et réclament une fin à tout cela.

Alzheimerisez-moi.

Ne m’en veuillez pas pour ce néologisme, mais quand la conscience se délite sous le flot de la vie, les paroles se débitent parfois plus rapidement qu’un morceau de bois. J’insiste donc en vous suppliant, Alzheimerisez-moi ! Je sais, c’est cruel d’implorer cela, surtout quand on songe à tous ceux qui aimeraient se souvenir de ce qu’ils étaient, mais au final, est-ce une certitude de dire que chaque être humain aimerait garder à jamais les souvenirs d’un passé poussiéreux? Vous n’avez jamais songé à poser la question, faite donc remplir un formulaire à ces malades avant le point de non-retour. Vous verrez, c’est édifiant, vous serez surpris du nombre d’âmes aspirant à l’oubli.

Quand je m’éteindrai, je ne veux pas songer à ce que j’étais, à ce que j’ai vécu, en bien ou en mal, non ! Je désire partir avec le sourire de l’innocence, avec l’esprit épuré, les neurones vides, et avec des visages d’inconnus me surplombant sur ma couche, et me susurrant « tu as bien vécu, on t’aime ».

C’est cette raison qui me pousse aujourd’hui à frapper à votre porte.

Cisaillez les connexions qui maintiennent ma mémoire à flot. D’un coup de scalpel, plongez-moi dans un océan de vacuité, « je vous en suis reconnaissant », car ici, le futur ne signifie plus rien. Je veux vivre dans le présent, mourir avec lui et rêver d’une existence sans cesse en (r)évolution.

Comprenez bien, je ne vous parle pas de suicide, mais d’amnésie volontaire. Alors une dernière fois, je vous demande de m’aider à oublier ma mémoire.

John Steelwood – 20 Octobre 2011

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s