« 22 Novembre 1963 » de Stephen King

En songeant à l’expérience lancée par Jérémy Semet sur son blog (Cher moi), le livre « 22 novembre 1963 » de Stephen King a remonté mes cases mémoires. Pour deux raisons, la première est évidente, ce livre sort à la fin du mois, le 28 février et la seconde raison réside dans cette similitude qu’est l’idée d’un what if, comme le nomment les Américains.

Que se passerait-il si…

Dans le cas de ce roman, que se passerait-il si JFK ne meurt pas…

Ce concept de What if est venu me titiller les neurones quand j’ai écrit la lettre à mon moi de 16 ans. Et si, par un très grand mystère, ce moi arrivait à lire cette lettre et ainsi à échapper aux écueils qui se présenteront à lui ? C’est tentant de se dire qu’en remodelant son passé, on se dessine un avenir plus beau. Mais là, on nage dans les suppositions, l’herbe est toujours plus verte ailleurs, mais parfois une vache passe et lâche une bouse, et finalement, l’herbe n’en est pas plus belle. Vous comprenez ? Songer que le présent pourrait être meilleur en éliminant le passé est une hérésie, car la nature a horreur du vide, et habituellement, ce vide, le mal aime s’y loger, là, dans ces recoins sombres.

Pour en revenir à ce livre, j’ai lancé hier l’idée, lors d’un café littéraire, de lire ce roman avant la prochaine rencontre qui aura lieu fin mars. Nous aurons alors l’occasion de discuter de ce qui pousserait chacun à modifier le passé (comme dans Dead Zone. Tuer ou non Hitler aurait-il changé la face du monde, assurément, mais qui aurait pris sa place au final ?)

 A propos du livre :

Imaginez que vous puissiez remonter le temps, changer le cours de l’Histoire.

Le 22 novembre 1963, le président Kennedy était assassiné à Dallas. À moins que…

Jake Epping, professeur d’anglais à Lisbon Falls, n’a pu refuser d’accéder à la requête d’un ami mourant : empêcher l’assassinat de Kennedy. Une fissure dans le temps va l’entraîner dans un fascinant voyage dans le passé, en 1958, l’époque d’Elvis et de JFK, des Plymouth Fury et des Everly Brothers, d’un taré solitaire nommé Lee Harvey Oswald et d’une jolie bibliothécaire qui deviendra le grand amour de Jake, un amour qui transgresse toutes les lois du temps.

22_11_63_stephen_king_albin_michel

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s