Chronique express : Blue-eyed butcher

Titre original : Blue-eyed butcher

Titre français : 193 coups de folie

Réalisateur : Stephen Kay

Acteurs : Sara Paxton (Susan Wright) et Justin Bruening (Jeff Wright)

Durée : 1h40

Année production : 2012

Résumé :

Le film est basé sur une histoire vraie. Susan Wright, jeune mariée et mère de deux enfants qui semble vivre une relation idéale avec son mari, va le tuer violemment dans leur maison à Houston, après des années d’abus présumé.

Mon avis :

Je suis tombé sur ce film par hasard. Je pensais, à la base, voir une fiction dénonçant les violences conjugales, et non une histoire basée sur des faits réels. Tout démarre comme dans un film pour ado. Une plage, des jeunes filles regardant les garçons jouant au volley sur le sable, la drague habituelle, les rires, la jeunesse. S’ensuit une rencontre entre Susan, belle femme blonde, et Jeff, un jeune homme plutôt bien structuré, d’après les remarques des autres femmes. A partir de cet instant, une relation se créait entre les deux personnages, ils vont se rencontrer une fois, flirter, une seconde, une troisième et là, la mayonnaise commence à prendre. Jeff tombe amoureux de Susan.

Susan prend la pilule et là premier couac dans leur relation, elle tombe enceinte. Le film prend une tout autre direction. Nous nous retrouvons des années plus tard dans un tribunal avec un avocat (Cody, l’amie et responsable du Docteur House) qui est en train d’accabler Susan, assise à la table des accusés. « A-t-elle oublié de prendre la pilule pour piéger Jeff ? », la question se pose dans notre esprit et sera posée aux jurés.

A cet instant, on apprend qu’elle a tué Jeff. Pas de détails, ils viendront plus tard à renfort de photos, de schémas et d’objets.

Le film à partir de ce point ne cessera d’aller du présent vers le passé, déroulant devant les jurés la vie de Susan et de Jeff. Elle, la femme battue, et lui, le mari cocaïnomane, qui délaisse sa femme pour des soirées dans des bars à striptease avec ses collègues de bureau. Le comportement de Jeff est éloquent, le jeune homme plein de tendresse qu’il représente au début du film, est laminé par ce monstre qu’il devient. On ne peut que soutenir cette femme qui a tué son mari d’au moins 193 coups de couteau.

Mais une question se pose, une nouvelle. Etait-elle véritablement consciente de ses actes ? Même avec du recul, je ne pourrais répondre. Les chocs de stress post-traumatique, peuvent causer chez certaines personnes, des effets étonnants. Alors le doute s’installe. Elle écopera en première instance de 25 ans de prison, un appel réduira sa peine à 5 ans.

Susan Wright est susceptible de sortir de prison en 2014.

La bande annonce ci-dessous (en VO) ne reflète pas le film et à mon sens se focalise plutôt sur l’acte.


Sources concernant cette affaire :

http://cmm.lefora.com/2009/01/01/jeff-wright-susan-wright-the-brutal-torture-murder-2/

http://www.chron.com/news/houston-texas/article/Trial-begins-in-wife-s-stabbing-of-husband-1667758.php

http://texaslawyer.typepad.com/texas_lawyer_blog/2010/11/houston-jury-reduces-susan-l-wrights-sentence-by-five-years.html

Blue-Eyed-Butcher-Lifetime-11

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s