Dimension Western – Appel à texte

Je relaie cet AT, tout simplement parce que je vais y participer.

Sortez les Winchester et autre Smith et Wesson et tentez l’expérience Western. Vous aimez les cache-poussières et vous avez toujours rêvé d’écrire une scène se déroulant dans Main Street ? Alors cet AT est pour vous.

Éclatez-vos méninges et puisez au plus profond de votre être pour faire revivre ce Grand Ouest. Ah oui, lisez bien tout, car de l’imagination, vous allez en avoir besoin.

Tous les genres sont invités à entrer dans la danse, et si vous n’êtes pas un foie jaune, alors vous répondrez par quelques coups de stylos.

Bonne séance d’écriture à tous.

PAGE FACEBOOK : https://www.facebook.com/pages/Dimension-Western/488627227864066?fref=ts

===> APPEL A TEXTE <===

WANTED : WRITE AND ALIVE !!!

Cow-boys ou Indiens, pionnières ou putains, outlaws ou shérifs, éleveurs ou droguistes, photographes ou journalistes, chercheurs d’or ou de primes…

A cheval, en chariot, en train, en bateau à aubes, à vélo ou à pieds…

Désert, montagnes rocheuses, grande plaines, villes fantômes, convois, big cities, frontière…

Le western n’est pas mort !!!

Il renaît de la poussière du Grand Ouest !

Faites parlez la poudre ou les vaches, faites briller les colts !

Proposez-nous votre envie de grands espaces, à travers un texte de votre cru. L’inclinaison est libre, lâchez-vous, étonnez-nous. Que se soit du western classique ou de la science-fiction, du fantastique ou de la fantasy, du policier ou du steampunk. Que votre histoire soit ancrée dans l’Histoire ou qu’il la transgresse.

Merci d’envoyer votre texte (Minimum 25 000 signes – Maximum 50 000 signes – espaces compris) à dimension.western@gmail.com.

Date de limite d’envoi : 30 septembre 2013.

Parution de Dimension Western au printemps 2014, aux Éditions Rivière Blanche.

67042_488629101197212_1416372647_n

Publicités

Formidable

Rares sont les chansons qui me touchent à la première écoute. Avec le clip (en caméra cachée), elle prend une toute autre dimension.

Formidable
Formidable
Formidable
Tu étais formidable , j’étais fort minable
nous étions formidables

Fooormidable

Tu étais formidable , j’étais fort minable
nous étions formidables

Hé bébé ..oops mademoiselle j’vais pas vous draguer promis, juré
j’suis célibataire et depuis hier,putin,j’peux pas faire d’enfant et bon c’est pas..
Hé reviens! cinq minutes quoi… jt’ai pas insulté .. j’suis poli, courtois et un peu fort bourré mais pour les mecs comme moi, vous avez autre chose à faire.. vous m’auriez vu hier, j’étais..
Formidable

Fooormidable

Fooormidable

Tu étais formidable , j’étais fort minable
nous étions formidables

Hé.. tu t’es regardé? tu te crois beau parce que tu t’es marié mais c’est qu’un anneau mec!
T’emballes pas ! elle va te larguer, commes elles le font chaque fois.. et puis l’autre fille, tu lui en as parlé? s’tu veux j’lui dis, comme ça c’est reglé.
et au ptit aussi , enfin si vous en avez
-hein-
Attends trois ans , sept ans et là vous verrez si c’est…

Formidable
Fooormidable

Tu étais formidable , j’étais fort minable
nous étions formidables

fooormidable

Tu étais formidable , j’étais fort minable
nous étions formidables

Hé petite ! oh pardon, petit tu sais dans la vie y’à ni méchants ni gentils.
Si maman est chiante, si qu’elle a peur d’être mamie.
Si papa trompe maman, c’est parce que maman vieillit, tiens !
Pourquoi t’es tout rouge ?
Ben reviens, gamin !
Et qu’est-ce que vous avez tout à me regarder comme un singe, vous ?!
Ah! vous oui, vous êtes sains, vous! bande de macaques! donnez moi un bébé singe il sera..
Formidable

Fooormidable

Tu étais formidable , j’étais fort minable
nous étions formidables

Fooormidable

Tu étais formidable , j’étais fort minable
nous étions formidables

…..
….

..
Fin

« Il est normal pour moi de me poser de nombreuses questions sur ces gens qui m’entourent de près ou de loin. Seulement, le doute n’est qu’une pure perte de temps, car le monde s’effrite. Nos yeux le dévisagent, impuissants, et personne ne sait comment le sauver.

Quand je me tourne vers ce quotidien, ces réseaux sociaux virtuels ou réels, j’aperçois dans ce flot de personnes qui croise mon chemin, des gens capables d’affronter ce déclin en marche. Je ne vais pas la jouer à la David Vincent, mais ils existent et sont là, parmi nous.

Au-delà de cette vision aux frontières de l’insignifiance, il existe le flot des autres, ceux qui se nourrissent de la futilité, ceux qui cliquent sans réfléchir, ceux qui pensent que la vie se déroule derrière un écran. Les autres sont une somme importante d’individus et c’est avec un cerveau atrophié qu’ils progressent sans savoir où s’arrêtera la route.

Ils avancent.

Vous avancez.

Aujourd’hui, George Romero est surpassé par le flot des autres. La fiction possède sa part de réalité, celle d’avoir mis au monde des zombies. Des vivants avides d’une vacuité qui se nomme consommation. »

shutterstock_87.2eea2110141.w400

Stephen King – Blockade Billy – Sylvain Johnson

J’adore Stephen King, alors je me suis permis de partager un extrait de l’article  » Lire ou ne pas lire…là n’est pas la question… » de Sylvain Johnson. Pour lire l’article complet, cliquez sur la couverture de Blockade Billy

====> EXTRAIT DE L’ARTICLE <====

   Blockade Billy

 

Blockade Billy et Morality

Stephen King

Un petit livre en anglais qui se lit dans le temps de boire une tasse de café. Deux petites histoires, l’une de baseball et l’autre d’un couple qui prend une décision couteuse et payante à la fois. C’est un petit récit sympathique, léger et amusant. Difficile de se tromper avec Mister King.

Je ne connais presque rien au baseball – Gary Carter joue toujours? Mais le ton du narrateur et l’histoire racontée viennent combler cette lacune.

Vous avez une demi-heure à tuer, alors je vous invite à en faire la lecture.

 

Imaginales 2013 – 5 questions (ou presque) à Lydie Blaizot

Aujourd’hui s’est ouvert le festival des Imaginales 2013, sous le signe de la pluie, mais heureusement, le soleil se cachait sous la bulle du livre. J’y ai d’ailleurs effectué quelques rencontres et j’en ai profité pour lancer des questions prises au hasard dans mon carnet.  Lydie Blaizot a ouvert le bal. Mais avant de passer aux questions/réponses, un topo rapide sur les écrits de Lydie.

Elle est l’auteur de trois romans : La Maison de Londres (Editions du Petit Caveau), Le Facteur 119 (éditions Voy’el) et N.I.X (éditions Voy’el)

Mais elle sévit aussi dans le monde de la nouvelle (en recueil ou en antho), en voici une liste non exhaustive :  Autour de Londres (Editions du Petit Caveau), Sang d’Ocre (six épisodes, éditions du Petit Caveau en numérique et en papier), Paranoïa aiguë (Les robots sont-ils vraiment nos amis ?, aux éditions Voy’el), L’héritage (Voyage aux frontières du réel, aux éditions PGCOM).

Sans oublier les mésaventures de Tévrémencon, tome 1 : 100 sketchs mettant en scène deux vampires, dont l’un est particulièrement idiot (chez Lulu.com). Le tome 2 est en préparation

IMG_9224

Ici commence les « 5 questions (ou presque) à Lydie Blaizot

John Steelwood : Te rappelles-tu des premiers mots que tu as écrits ?

Lydie Blaizot : Non.

JS : Réponse rapide, donc on en fera un peu plus (de 5 questions). Je te donne, une femme, une hache, un tueur, tu en fais quoi dans une histoire ?

LB : Je pense que le tueur sera assassiné par la femme avec la hache.

JS : Si tu devais être un mot, quel serait-il et pourquoi ?

LB : un mot ! je dirais humour, parce que c’est ce que j’aime mettre dans mes livres.

JS : Si tu devais garder un livre, une chanson et un film, ça serait lesquelles ?

LB : Alors, je vais être rapide. Un film, aucun, je ne suis absolument pas cinéphile. La musique, je suis pas très musique non plus, mais je pense que ce serait Tina Turner, « thunder dome » et un livre, « l’histoire sans fin » de Michael Ende

JS : Une petite dernière question, tu as la possibilité de ressusciter un auteur, qui et pourquoi ?

LB :  Alors, là, tu m’embêtes, car j’aurais voulu répondre Terry Pratchett, mais il est pas encore mort (rire collégial) mais comme il est très malade, je dirai que je garde la carte en joker.

JS : Je te remercie

Brigades canines

Le hors-série de l’Imaginarius, spécial vampire, est sorti en avril.

L’un de mes textes y figure, il s’agit de « Brigades canines », une courte nouvelle aux notes humoristiques.

La première critique arrive depuis la Belgique, avec Doris de La magie des mots

js1

 

Bonne lecture et à bientôt

N.B : Un immense merci à Gaëlle Dupille pour sa confiance