Déclin (extrait 2)

« Il est normal pour moi de me poser de nombreuses questions sur ces gens qui m’entourent de près ou de loin. Seulement, le doute n’est qu’une pure perte de temps, car le monde s’effrite. Nos yeux le dévisagent, impuissants, et personne ne sait comment le sauver.

Quand je me tourne vers ce quotidien, ces réseaux sociaux virtuels ou réels, j’aperçois dans ce flot de personnes qui croise mon chemin, des gens capables d’affronter ce déclin en marche. Je ne vais pas la jouer à la David Vincent, mais ils existent et sont là, parmi nous.

Au-delà de cette vision aux frontières de l’insignifiance, il existe le flot des autres, ceux qui se nourrissent de la futilité, ceux qui cliquent sans réfléchir, ceux qui pensent que la vie se déroule derrière un écran. Les autres sont une somme importante d’individus et c’est avec un cerveau atrophié qu’ils progressent sans savoir où s’arrêtera la route.

Ils avancent.

Vous avancez.

Aujourd’hui, George Romero est surpassé par le flot des autres. La fiction possède sa part de réalité, celle d’avoir mis au monde des zombies. Des vivants avides d’une vacuité qui se nomme consommation. »

shutterstock_87.2eea2110141.w400

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s