Soirée de lancement du recueil « Nouvelles Peaux »

Le lancement  du recueil de nouvelles d’horreur inspirées par l’univers d’Edgar Allan Poe « Nouvelles Peaux » sera présenté lors d’une soirée, le vendredi 9 Mai 2014 à 19h30 à la Cantada.
Dix auteurs et une illustratrice lui rendent hommage.
Il s’agit de la seconde publication des éditions Luciférines.
Les auteurs présents : Morgane Caussarieu, Unity Eiden, Brunz Martin. (j’essayerai pour ma part d’être présent)

La Compagnie des Bons à Rien proposera une lecture de textes choisis et l’adaptation du texte « Ils iront tous à la morgue » dans la pure tradition Grand-Guignol.

Afin de soutenir les acteurs, un PAF de 2€50 vous sera demandé pour nous rejoindre dans la batcave.

Mais, comme nous sommes généreux, ceux qui n’auront pas encore leur anthologie pourront les trouver au prix exceptionnel de 9€ ce soir !

Et si vous voulez le lire plus tôt, vous pouvez le commander maintenant avec l’offre pré-vente :
http://editionsluciferines.com/catalogue/nouvelles-peaux/

1606913_669005413147551_2087487801_n



Anthologie avec : Jean-Charles Flamion, Quentin Foureau, Morgane Caussarieu, John Steelwood, Jean-Pierre Favard, Joëlle Cordier, Bruno Pochesci, Unity Eiden, Théo Gwuiver et 6 illustrations de Nejma El Goumzili.

Du Chat noir au Corbeau, dix auteurs réinterprètent à leur façon les Histoires extraordinaires et autres nouvelles tirées de l’œuvre du maître du fantastique, Edgar Allan Poe. Il faudra affronter le surnaturel, l’invraisemblable et la folie, perdre tous ses repères, pour arriver au bout de l’horreur.

1535444_668998899814869_217784221_n

 

Publicités

Une certaine idée de l’écriture

Ce matin, en fouillant dans le disque dur de mon PC, j’ai retrouvé ce court « manifeste » sur l’écriture, écrit en 2010.
Je le partage avec vous, aujourd’hui.


Une certaine idée de l’écriture

Écrire. Pourquoi ? Pour moi, un besoin vital. Pour qui ? Pour eux, les lecteurs, car sans eux, l’auteur n’est qu’une coquille vide. Écrire. Sans prétention. Écrire. Des textes courts, des longs, de la prose, de la poésie, pour s’évader un instant, s’élever dans le ciel, s’abandonner dans un rêve. Source vitale, l’écriture n’a de but qu’à toucher les hommes par le biais d’un texte, d’une lecture. Je conçois l’écriture comme une boule d’imagination faite d’une glaise étrange, impalpable et pourtant présente, indéfinissable.

Je n’écris pas en prétendant devenir le prochain Hugo, ni le nouveau Maupassant, j’écris simplement pour épancher mon cœur d’une mélodie qui ne cesse de murmurer à mon oreille. Tout écrivain connaît ce sentiment, cette envie de partager. Quand un texte sort, il n’appartient plus à ses pensées, il est donné aux yeux des personnes qui souhaitent le découvrir.

Un écrivain sans lecteur n’est rien, juste une ombre dans un bureau, une silhouette qui se cache derrière son clavier, sous la plume de son stylo. S’ouvrir aux autres permet de comprendre les erreurs commises, ainsi l’auteur progressera dans son écriture. Refuser cela, c’est appuyer soi-même sur un bouton imaginaire, autodestructeur, car croire que l’on est maître ès littérature est une erreur. L’auteur donne, donne et donne encore, mais aucunement n’étale son ego en donneur de leçons.

Encaisser les coups, accepter les souffrances, passer le cap et avancer. Des étapes nécessaires pour écrire, des jalons marquant les instants de doutes, les moments de pures créations, et le plaisir surtout, celui d’accoucher d’un roman qui poursuivra sa vie ailleurs, chez un petit ou un grand éditeur, à compte d’éditeur ou en autoédition.

Au final, le but d’écrire n’est pas de gagner de l’argent (ce point n’est qu’un bonus appréciable quand il est atteint), ni de clamer haut et fort que seul un grand éditeur aura l’honneur de vous éditer (en crachant sur les autres, les jugeant avec mépris).

Non ! Le but d’un écrivain est de partager ce qui est dans son cœur et de continuer encore et toujours, avec humilité.

John Steelwood

Fossoyeur de Rêves

John-Steelwood