Blanche

Blanche

Je suis tombé dans la poudre hier, et depuis ça tonne, ça boum dans ma tête, ça claque contre mon âme qui aimerait se faire la malle, mais mes paupières la retiennent. Elles lui chantent une rengaine en clignant spasmodiquement ces volets de chair.

Dans cette prison anatomique, mon sang pulse, il irradie, atomise mes veines, car maintenant je sais que c’est peine perdue, trop perclus dans cette Sainte-Barbe, je m’arrache un à un les cheveux, mon corps se délabre.

Pain de douleur tardive, c’est ton visage qui trace ces mots sur mon corps en guenilles. J’ai beau essayer de me lever, mes jambes sont de plomb, mon envie, elle, s’oriente plutôt vers ce balcon. Plus forte, elle l’emporte, me transporte et m’incite et précipite ce dingue de toi au-dessus du garde-fou.

Quand, désarticulé, ils me ramasseront sur le pavé, tu recevras un appel des pompiers, ils ne comprendront pas que c’est à cause de ton embrasement, à sauter toi aussi, que je suis là à t’attendre le cœur et le corps en charpie, mais toi tu sauras le pourquoi au final, et pour moi, c’est le principal.

garde-fou2-300x199

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s