La boîte au secret (2)

La boîte au secret (2)

La terre est sèche. La canicule qui s’abat sur le pays depuis quelques semaines met à mal l’organisme de cette fille, Lucie. Depuis plus de vingt minutes maintenant, la dureté du sol lui impose des mouvements répétitifs, usant. Elle enfonce la pelle dans la terre, et en retire des morceaux compacts, inlassablement. Ses épaules, son dos, ses jambes, pour l’instant, résistent, mais quand la nuit pointera son nez, les courbatures s’insinueront dans ses muscles et l’accompagneront alors pour une longue nuit de crampes et de douleurs. Pour quel résultat ? Pour une boîte, une simple boîte de métal qu’elle ne pensait véritablement pas déterrer au pied de ce lilas.

Une voix a pourtant susurré dans son oreille l’idée de creuser tout près de l’arbre. Pas n’importe quelle voix cependant, celle de son père, décédé. Les morts ne parlent pas. Et pourtant. La terre retournée à ses pieds et la pelle butant contre une zone en métal prouvait le contraire. Les morts sont bavards. Quant à son père, vivant, il animait les soirées en racontant des histoires, mort, il poursuivait son œuvre, et Lucie se targuait d’avoir été sa première auditrice.

— Je t’ai trouvée, souffla Lucie, avant de tomber à genoux devant le trou. La tâche ingrate terminée, la pelle s’échappe pour se ranger contre le mur attenant au lilas. Durant l’espace d’une seconde, Lucie se revoit dans cette église, les larmes coulant sur ses joues, priant pour se réveiller, sans succès. La mort est venue s’inviter dans son existence, et la présence de cette boîte confirme cet état de fait : son père lui manque.

boite-2

Elle va avoir douze ans dans une semaine et se demande encore ce que peut contenir cette boîte. Toute la nuit, elle a songé à ces mots glissés par son père au creux de son oreille. Depuis, une question n’a de cesse de la hanter : Pourquoi moi ? En guise de réponse, Parce qu’il m’aime et m’aimera toujours, résonne automatiquement dans son esprit.

Depuis qu’il est parti, Lucie déteste le présent. Cette pensée paraît injuste vis-à-vis de sa mère, mais Lucie sait que Chrissie comprendrait. Parfois la vie est plus terrible à affronter que la mort, Lucie le sait pour le vivre. Survivre à cet homme qui l’a porté sur ses épaules tant de fois, lui a écrit et lu innombrables histoires peuplées de farfadets, de gnomes et d’animaux de tous poils, est une malédiction que Lucie désirerait poser au fond du trou à la place de cette boîte, mais elle sait que ce serait peine perdue.

Lucie connaît son avenir maintenant, il est là, dans cette boîte.

Les mains tremblantes, Lucie chasse la terre recouvrant le couvercle de métal. Cette dernière est grise, terne, Lucie se rappelle avoir vu ce genre de boîte sur les établis de son grand-père, il y rangeait des clous, des vis, tout un arsenal de pièces pour bricoleurs avertis. Sur le devant, deux lettres, LU, une boîte de gâteaux.

Une pulsion, une croyance, ou bien la peur de découvrir le secret caché dans cette boîte, voit Lucie se signer. Au nom du père, du fils et du Saint Esprit. Les yeux fermés, elle garde un instant de silence avant de glisser ses doigts sous les rebords du couvercle. Ce dernier cède sans aucun problème. Le couvercle enfin désolidarisé de l’ensemble choit sur le sol, une motte de terre en amorti le bruit, tsing. À l’intérieur, un calepin, sur la couverture parcheminée, deux mots et une signature illisible.

Les yeux de Lucie lisent les deux mots une dizaine de fois avant de prendre vie dans un souffle de voix : Terra Incognita.

N.B : Terra Incognita. Deux mots découverts sur une carte, deux mots qui m’ont hanté des années et qui ont fini par prendre vie sous ma plume numérique. Terra Incognita viendra se dévoiler dans la suite, un peu plus…

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s