Le mythe de l’écrivain torturé – Gaëlle Dupille et l’équilibre.

Sylvain JOHNSON

Auteure au travail

Je l’ai déjà dit, je suis un écrivain troublé. Je suis obsédé par mon écriture et les périodes où je ne pratique pas cette activité enivrante me sont pénibles.

Avec les réponses de John Steelwood, qui fut le premier cobaye dans ma petite série d’articles, nous avons vu que la torture existait pour d’autres auteurs. Qu’un écrivain pouvait voir ses écrits influencer par ses émotions à fleur de peau, par son quotidien et son environnement immédiat. Que souvent, ce qu’il invente n’est que le reflet de la tempête qui l’anime, qui menace de tout faire éclater!

Pour avoir lu des textes de John, je peux vous garantir que si ses personnages sont d’une intensité psychologique aussi vive, ce ne peut être que dut à son cerveau en ébullition. Une certaine instabilité?

Est-ce donc que tous les écrivains – en particulier ceux qui font dans le fantastique et l’horreur ont…

View original post 1 110 mots de plus

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s