Terminus radieux / Antoine Volodine

les vagabonds solitaires

couv Terminus radieux

Lire  Volodine n’est jamais complètement anodin et pas non plus d’une simplicité folle, et pour cause : pour le lire il faut accepter de laisser derrière soi un certain nombre de choses. Il n’est plus avec  lui question de fiction, de non fiction, de fantastique  ou de réel, il est question de bien plus , à savoir le génie.  Depuis 30 ans et une très longue liste de romans, sous les pseudonymes d’Antoine Volodine, d’Eli Kronauer ou encore de Manuela Draeger, l’auteur s’est créé un univers. Un style aussi, qu’il définit lui-même de « post-exotisme » – vaste terme pour une infinité de mondes différents dans lesquels il inscrit ses histoires et son écriture .

Mais dans ses romans, et particulièrement dans Terminus radieux, dont il est question ici, et bien plus encore que le style en lui-même, c’est l’ambiance, l’espace-temps inventé par Volodine, ses personnages aussi…

View original post 251 mots de plus

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s