Dolores Claiborne – Stephen King

dolores claiborne ©Pocket, 2012

Qu’est-ce que t’as demandé, Andy Bissette ? Si je « comprends mes droits tels que tu me les as expliqués » ?

Bon sang ! Y a vraiment des hommes qu’on se demande comment y font pour être aussi abrutis. (p.13)

Les mots de Dolores Claiborne ouvrent et ferment ce roman. Toute la narration repose sur une unité de lieu et de temps : nous sommes dans une salle d’interrogatoire, en 1992, et Dolores Claiborne doit prouver son innocence dans la mort de sa riche patronne, Vera Donovan. Dolores entame le récit de son histoire, ne cache rien du meurtre de son mari, trente ans plus tôt, ni de ses relations difficiles avec sa patronne. C’est une femme honnête et c’est bien pour cette raison qu’elle raconte tout et entend être innocentée de ce deuxième crime dont elle est accusée.

Pas de surnaturel ni de fantastique dans cette histoire, que…

View original post 163 mots de plus

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s