La langue française – 1 – « C’est / Ce sont »

J’entame une nouvelle rubrique, qui je l’espère servira aux auteurs de passage sur mon blog. Je vais donc partager dans les articles de « La langue française » des difficultés que rencontrent les écrivains en herbe ou non lors des séances d’écriture.

Face à une difficulté, la question qui taraude l’auteur est : « cela s’écrit comme ci ou comme ça ? » et là le doute s’installe.

Je commencerai en reprenant « C’est / Ce sont » car trop souvent les termes sont mal employés.

C’est / ce sont

C’est, suivi d’un nom au pluriel ou d’un pronom autre que personnel, s’accorde avec celui-ci. Toutefois le singulier se rencontre parfois à l’écrit, particulièrement dans les cas suivants :

– lorsque singulier et pluriel sont identiques pour l’oreille : Ce n’était pas des mensonges
– lorsque ce reprend un nom ou un pronom au singulier qui le précède : Le monument qu’on aperçoit, c’est les Invalides
– lorsque l’attribut, également appelé complément du présentatif, est formé de plusieurs noms coordonnés dont le premier au moins est au singulier : C’est le chocolat et les bonbons que préfèrent les enfants.
Mais le pluriel est obligatoire quand l’attribut multiple développe un pluriel ou un collectif qui précède : Il y a cinq continents, ce sont…

Dans tous ces cas cependant, le pluriel est de meilleure langue.

Le singulier est obligatoire dans certains cas :

– quand le verbe est suivi de nous, vous : C’est vous tous qui avez décidé
– dans l’indication de l’heure, d’une somme d’argent, etc., lorsque l’attribut de forme plurielle est pensé comme un tout, comme une quantité globale : C’est onze heures qui sonnent
– quand le pronom en est intercalé dans l’expression : Je voulais vous rapporter des pleurotes, mais je ne sais si c’en est.

Source : http://www.academie-francaise.fr

 écrire

Publicités